retour aux textes

L'insondable bêtise des journalistes de la télévision

REGIS MARDON (M6) AUSSI BETE QUE SOPHIE ROMILLAT ET DAVID GEOFFRION (FRANCE 2). UN EXPLOIT !
Après le consternant reportage de Sophie Romillat et David Geoffrion à « Envoyé spécial » (France 2) sur « les décroissants », diffusée voici un mois (voir plus bas) hier, mercredi 25 mars, la chaîne M6 a renouvelé l’opération de disqualification de la décroissance au cours de son émission 66 minutes :
http://www.m6.fr/html/emissions/66minutes/index.shtml
Qu’importe que les objecteurs de croissance martèlent que la décroissance n’est pas une logique d’adaptation à la crise. Qu’importe qu’ils mettent en garde contre le terme « décroissant » employé à dessein par leurs détracteurs pour leur nuire. Qu’importe qu’ils affirment que leur premier combat est d’être désigné comme des humains et des citoyens avant d’être réduit à des consommateurs voire des « alterconsommateurs ». Qu’importe qu’ils clament que la décroissance ce n’est pas juste consommer moins – et encore moins être pingre – mais transformer la consommation et la production à travers des choix de société. Qu’importe que les objecteurs de croissance ne vivent pas tout nus dans des yourtes au fond des bois. Voici comment le journaliste Régis Mardon de M6 introduit son reportage :
« Comment faire face à la crise ? Ils sont persuadés d’avoir la réponse. On les appelle les « décroissants » et ils ont décidé de consommer moins, vivre dans un habitat auto-suffisant, pour polluer moins et dépenser moins ! Le souci d’économie guide chacun de leurs gestes quotidiens, au travail comme à la maison. Pas plus de trois minutes pour prendre une douche, toilettes où l’eau a été remplacée par de la sciure, légumes achetés directement à des paysans de leur région. Loin des baba cools écolos des années 80, les nouveaux alter-consommateurs sont aujourd’hui de plus en plus nombreux. Mais leur choix de vie dérange souvent : des communes qui ne veulent pas d’une maison en bois et encore moins d’une yourte… »
Le journal du marchand d’armes Serge Dassault s’est fait un honneur de promouvoir l’émission en titrant : « Écolos à presque n'importe quel prix » (Le Figaro, 25-3-2009).
La lutte contre l’insupportable et insondable bêtise des journalistes de la télévision et leur œuvre de crétinisation des masses est sans doute un défi plus lourd encore que le combat contre le réchauffement climatique.
Sur ce sujet, lire et relire la « Supplique à nos amis journalistes » :
http://www.ladecroissance.net/index.php?chemin=textes/frinjo

TELE-SARKO NOUS PRESENTE
La « tribu des décroissants » est aujourd’hui invariablement l’angle péjoratif, réducteur et caricatural choisi par les médias français quand exceptionnellement ils se penchent sur la décroissance et l’anti-productivisme. Présentée par Françoise Joly et Guilaine Chenu, l’émission de France 2 « Envoyé spécial » sur « les décroissants », diffusée le 12 février 2009, n’a pas dérogé à cette règle du moins-disant informatif.
http://envoye-special.france2.fr/index-fr.php?page=reportage&id_rubrique=776
C’est comme si nous abordions la problématique des médias en titrant : « La tribu des journaleux » puis en traitant ce sujet exclusivement à travers le mode de vie dans les rédactions parisiennes. Ce reportage nous a fourni un nouvel exemple de ces pratiques journalistiques bécasses qui tendent à éluder un enjeu de société majeur au profit d’une approche communautariste réductrice. « Finalement, le grand public est mis dans la position d’un témoin extérieur, qui est surtout invité à ne pas se sentir concerné par les préoccupations de ces hurluberlus bien inoffensifs et sympathiques », note le Parti pour la décroissance dans un communiqué diffusé suite à l’émission.
http://www.partipourladecroissance.net/?p=1181
Des lecteurs nous ont écrit pour nous faire part de leur écœurement, comme Marc Joigny : « Je me suis pris la tête dans les mains en voyant la caricature made in XVIe arrondissement. Ils sont allés à Lyon et même pas foutus de venir vous voir ! » Pour préparer l’émission, les collaborateurs de l’émission nous avaient pourtant contactés. Nous avions insisté lourdement pour dire que nous n’étions pas des « décroissants », terme employé à dessein par nos détracteurs. Nous avions pris du temps pour expliquer qu’aussi intéressantes puissent-elles être, on ne pouvait pas réduire la décroissance à des expérimentations individuelles. La décroissance constitue un choix de société et un projet politique qui soulève des enjeux de société majeurs. « Politique », « choix de société », des notions iconoclastes pour ces journalistes qui ne nous ont jamais rappelés. Un autre lecteur, Mickael Bialy, nous dit : « Le traitement de la décroissance était bien entendu biaisé. Le contraire m’aurait étonné. En plus de l’absence de recul et d’explication claire sur la décroissance, nous avons eu droit à une caricature d’objecteurs de croissance... Trois types de “décroissants” étaient présentés sous les aspects les moins neutres : l’intolérance (le père avec sa fille), la rigidité (aucune concession), la radicalité (vivre dans une yourte) et la tartuferie (gagner bien sa vie et faire le raccroc au marché...). Bref, une belle opération de décrédibilisation ! » Pour compléter le tableau, la voix off du présentateur donne l’impression de s’adresser à un public de demeurés. C’est sans doute pour cela que le « service public » prend ses concitoyens.
Une semaine plus tard, France 2 diffusait une longue émission sur les « prêcheurs d’apocalypse », tirée du pamphlet anti-écolo du même titre de Jean de Kervasdoué. Autant dire que dans ce cas, les thèses de cet ami de Claude Allègre ont été présentées avec le plus grand sérieux.
Sur ce sujet, lire et relire la « Supplique à nos amis journalistes » :
http://www.ladecroissance.net/index.php?chemin=textes/frinjo

retour aux textes

 

 

« Celui qui
croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »
Kenneth Boulding (1910-1993), président de l'American Economic Association.

Recevoir les infos
Casseurs de pub
La Décroissance :


En kiosque 3 €

Accueil

Historique

Colloques

Bêtisier du développement durable

Insultes

Institut

Les cahiers de l'IEESDS

Contact

Les textes et visuels de decroissance.org ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable.